12 octobre 2016

MARIELLE ET SE PERLES NOIRES

 

5 comme le nombre de chats qui vivent aujourd’hui avec elle. 5 comme les doigts d’une main qu’elle a sur le cœur. Prof de math dans la vie, ange-gardien dans sa vie, Marielle recueille, soigne et aime tendrement les sans-famille félins qui croisent sa route. Dans son parcours riche de très belles histoires, elle nous raconte celles d’Onyx et de Figaro, ses deux perles noires. 

L’arrivée « imposée » d’Onyx

Onyx a débarqué dans ma vie et dans mon jardin en juin 2014. Il sortait de nulle part, n’avait pas de collier, semblait affamé… Mon premier réflexe a été de le nourrir, de le câliner et… de lui offrir mon toit. J’étais enchantée d’accueillir cette beauté noire, mais c’était sans compter la présence de mes trois autres « moumousses » d’amour : Pitou, Ploom & Muffin. Si eux partageaient mon enthousiasme, Onyx l’entendait d’une autre oreille et s’est montré autoritaire, envahissant et agressif avec eux. Il n’était pas opéré, c’est sans doute pour ça.

 

Chassé à contre cœur

Je m’en veux encore mais je me suis sentie obligée de le mettre dehors pour protéger mes 3 autres chats. Pendant un mois, Onyx continuait à roder dans mon jardin et j’ai tout tenté pour le faire fuir. Je claquais dans mes mains quand il s’approchait de la maison, je lançais des verres d’eau et des petits cailloux dans sa direction… Je ne voulais surtout pas lui faire de mal ! Je voulais simplement qu’il cherche un autre lieu d’accueil. J’avais le cœur brisé quand je le voyais faire les poubelles du quartier. Souvent,  je le retrouvais « squattant » mon garage, pour essayer de dormir au clame et surtout de manger … Combien de paquets de pâtes sèches et de nouilles asiatiques il a éventré dans mes réserves !

 

Revirement de situation

Du coup, le soir du samedi 9 août 2014 – je m’en souviendrai toute ma vie – quand je l’ai vu au coin de la maison, je me suis dit : « Et bien, tu vas vers lui, et si il s’approche de toi, c’est gagné ». C’est ce que j’ai fait. Je me suis accroupie à quelques pas de lui, je lui ai tendu la main et il est venu me faire un gros câlin. Comme si je sentais qu’il pouvait me comprendre, je lui ai dit : « ce soir, je te nourris à nouveau et demain, je t’emmène chez le vétérinaire pour te faire ausculter, vérifier, identifier et stériliser … « . Depuis, ma petite boule câlinette et reconnaissante ne quitte que très peu la maison et le jardin, sauf pour aller de temps en temps chez les voisins, qui le connaissent et qui l’adorent.

 

Figaro, joli clin d’œil du destin

Les choses arrivent rarement par hasard. Dans ce cas précis, j’ai envie de dire que Figaro n’est pas arrivé par hasard. Au mois de juin dernier, j’ai vu cet autre petit zinzin noiraud d’amour débarquer dans mon jardin. À cette époque, j’avais beaucoup de mal à me remettre de la disparition de mon Toffee, retrouvé par mes voisins quelques jours plus tôt, écrasé sur une route.

Comme Onyx et les autres, Figaro n’avait pas l’air perdu mais plutôt abandonné. En m’approchant de lui, je me suis rendu compte qu’il avait un gros problème aux yeux, ça suintait de partout. Je lui ai tout de suite nettoyé et je l’ai fait rentrer à la maison. Il ne nous a pas quitté depuis. Aucun regret ! Au contraire, ce chat est une boule d’amour, un vrai cadeau de la vie. Et je crois que de là-haut, Toffeenou d’amour l’a guidé chez moi, sinon, ce n’est pas possible …

 

Crédit photo
Merci à Céline pour ces belles photos faites pour Tvcats.

 

 

By Tv-Cats Top Share: